Agri79 Informations 05 octobre 2017 à 08h00 | Par Arvalis

Associer les variétés et les tolérances pour plus de résistance

L’association de plusieurs traitements de semences permet d’augmenter la couverture des cultures face aux maladies.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Selon les recommandations d’Arvalis, les exploitants cultivant du blé dur doivent les protéger principalement des fusarioses et du michrodochium nivale.
Selon les recommandations d’Arvalis, les exploitants cultivant du blé dur doivent les protéger principalement des fusarioses et du michrodochium nivale. - © N.C.

Le choix du traitement de semences doit se raisonner comme n’importe quel autre intrant. Les produits retenus doivent permettre de couvrir les risques réellement encourus à la parcelle. L’utilisation systématique d’une protection très haut de gamme engage des coûts qui peuvent être inappropriés. À l’inverse, une économie mal raisonnée peut être lourdement sanctionnée.

Blés
Pour les blés assolés, la protection de base doit viser principalement la carie et les fusarioses. Les traitements de semences fongicides, qui offrent une bonne protection contre ces deux maladies, garantissent une protection suffisante dans la grande majorité des cas avec un rapport coût/protection très satisfaisant. Les spécialités disponibles sont nombreuses : Celest Net, Celest Gold Net, Redigo, Vitavax 200 FS (si le sol n’est pas contaminé par la carie) ou Vibrance Gold.
En deuxième paille, l’emploi du Latitude en association avec un traitement de base offre une sécurité supplémentaire intéressante contre le piétin échaudage. Il ne peut toutefois pas être utilisé deux années consécutives sur la même parcelle. Bien qu’ayant une bonne efficacité, il ne contrôle pas l’intégralité des dégâts en cas de forte attaque. Ce produit n’offre que la protection contre le piétin échaudage et doit donc être associé à l’un des traitements cités ci-dessus pour compléter l’efficacité sur fusarioses et carie.

Orge d’hiver
Pour l’orge, une protection de base simple (Celest Net, Vitavax 200 FF) peut suffire pour lutter contre l’helminthosporiose et les fusarioses, si la semence utilisée n’est pas contaminée par du charbon nu. En production de semences, il est nécessaire de couvrir le risque contre cette maladie en employant des protections renforcées (Celest Orge Net, Rancona 15 ME ou RAXIL STAR).
Pour les semis précoces, le recours au Gaucho 350 ou Nuprid 600FS/Matrero permettra de mieux contrôler les attaques de pucerons vecteurs de la JNO. En cas de conditions climatiques favorables à des infestations tardives, un traitement insecticide en végétation pourra être nécessaire en relais, la protection de cet insecticide systémique s’amenuisant au fur et à mesure du développement des plantes (jusqu’au stade 4-5 feuilles environ vis-à-vis des pucerons).

- © Arvalis
- © Arvalis

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 6 octobre 2017

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. AGRI 79 Informations se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui