Agri79 Informations 13 juillet 2017 à 08h00 | Par Agri79 Informations

Choisir les espèces et variétés adaptées pour les semis

Le choix d’une ou plusieurs espèces pour les semis de prairies doit se faire sur la base de critères adaptés à l’utilisation que l’on souhaite en faire, au milieu cultural déjà existant et aux besoins du troupeau.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le ray-grass anglais, ici en association avec du trèfle blanc,
est l’espèce prairiale la plus semée.
Le ray-grass anglais, ici en association avec du trèfle blanc, est l’espèce prairiale la plus semée. - © Sophie Bourgeois

Le choix des espèces à implanter dépend de plusieurs critères : la pérennité (période pendant laquelle la plante sera productive), les conditions de sol, la résistance aux températures et le type de conduite de la prairie. Ces quelques critères sont déterminants pour choisir une variété dans le catalogue.


La facilité d’exploitation est également à prendre en compte. Plusieurs critères sont à évaluer avant de faire son choix. La précocité doit être particulièrement surveillée. Il ne faut pas confondre cette notion avec le démarrage de végétation. Il s’agit de la précocité d’épiaison pour les graminées et de floraison pour les légumineuses.


Le départ en végétation en fin d’hiver détermine quant à lui la date de mise à l’herbe possible. Il correspond à la reprise de la croissance printanière. Globalement, les variétés dont la précocité d’épiaison est tardive démarrent tard. Par conséquent, les variétés précoces à demi-tardives sont à préférer pour produire tôt afin d’atteindre des rendements importants au printemps avant les chaleurs de juin. Toutefois, le progrès génétique a permis d’avancer le départ en végétation de quelques variétés tardives à très tardives.


Il est également important de surveiller la souplesse d’exploitation, c’est-à-dire l’intervalle de temps compris entre le départ en végétation et le stade de début épiaison. Plus une variété est souple, plus la possibilité de la faire pâturer au premier cycle est longue.


L’alternativité est le quatrième critère à prendre en compte. Une plante alternative épie dès sa première pousse, quelle que soit sa période de semis. Son installation est rapide mais cette plante est moins pérenne. Une plante non alternative a besoin de l’influence du froid et des jours courts pour déclencher l’épiaison.

Plus d'infos dans le dossier prairies du journal Agri 79 du 14 juillet 2017

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. AGRI 79 Informations se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui