Agri79 Informations 08 décembre 2016 à 08h00 | Par G.R.

Toute une filière derrière la parthenaise

Les dix ans du label rouge ont été fêté la veille de la foire concours des animaux de boucherie à Parthenay avec l’APVP, l’OS parthenaise, l’Apocab, les élus et toute la filière.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Outre le bovin d’or, attribué au Gaec La Gironnaise, à Foussais-Payré, le bovin d’argent est revenu au Gaec du Grand Coin, à Coulon ; le prix de la ville de Parthenay, au Gaec Chollet, à La Chapelle-Bertrand ; le grand prix naisseur-engraisseur, au Gaec du Peuplier, Somloire, dans le Maine et Loire et le grand prix du jeune bovin, à Patrice Nivault, de Soutiers.
Outre le bovin d’or, attribué au Gaec La Gironnaise, à Foussais-Payré, le bovin d’argent est revenu au Gaec du Grand Coin, à Coulon ; le prix de la ville de Parthenay, au Gaec Chollet, à La Chapelle-Bertrand ; le grand prix naisseur-engraisseur, au Gaec du Peuplier, Somloire, dans le Maine et Loire et le grand prix du jeune bovin, à Patrice Nivault, de Soutiers. - © N.C.

La grande famille de la parthenaise était réunie le 5 décembre pour fêter les dix ans du label rouge du même nom. Deux cent soixante convives, éleveurs, abatteurs, bouchers, négociants, étaient invités à se retrouver d’abord sur l’élevage de Freddy et Guillaume Hubert, à Verruyes, et à une soirée de gala, aux abords du marché aux bestiaux de Parthenay.
C’est en septembre 2006 que le label rouge La Parthenaise devient officiel. Il sera remis symboliquement par le ministre de l’agriculture de l’époque, Dominique Bussereau, lors du concours national de la race, à Secondigny. Cette distinction est le fruit d’un travail de plus de trois ans porté par l’APVP, organisme de défense et de gestion, et ses présidents, Jacques Pigeau et, depuis 2008, Patrice Poublanc, qui s’est félicité du partenariat avec l’OS parthenaise et l’Apocab pour cet anniversaire en y associant toute la filière ainsi que les élus.


Cette année est précisément celle où la race locale est à l’honneur et le concours d’animaux de boucherie a rassemblé « 170 parthenaises et jeunes bovins sur les 530, toutes races confondues », soulignait Joël Denis, président de l’Apocab. « C’est parce que la race s’est développée que le label s’est développé et réciproquement », estimait le président de l’OS, Didier Dupuis. Il rappelait que dans 1 400 exploitations sont élevées 46 000 vaches, principalement dans son berceau d’origine, les Deux-Sèvres, avec 50 % des effectifs, mais 80 % avec les départements de Poitou-Charentes et des Pays de la Loire.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 9 décembre 2016

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. AGRI 79 Informations se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,